RYANAIR APPELLE L’UE À PRENDRE ENFIN DES MESURES ALORS QUE LES CONTRÔLEURS AÉRIENS FRANCAIS ANNONCENT QUATRE NOUVEAUX JOURS DE GRÈVE

0
127

RYANAIR APPELLE L’UE À PRENDRE ENFIN DES MESURES ALORS QUE LES CONTRÔLEURS AÉRIENS FRANCAIS ANNONCENT QUATRE NOUVEAUX JOURS DE GRÈVE

RYANAIR INVITE TOUS LES CLIENTS CONCERNÉS À SIGNER LA PÉTITION « KESO » AFIN DE PRÉVENIR DAVANTAGE DE GRÈVES ET UN ÉTÉ INFERNAL

Ryanair, la première compagnie aérienne en Europe, a demandé aujourd’hui (25 mai) à la Commission européenne d’agir une fois pour toutes afin d’empêcher, une fois de plus, la fermeture du ciel européen par les syndicats des contrôleurs aériens français, qui ont annoncé 4 jours additionnels de grève injustifiée au cours des quinze prochains jours.

Ryanair est contraint d’annoncer l’annulation de plus de 70 vols jeudi (26 mai), depuis/vers la France et passant dans le ciel français, en plus de nombreux retards probables, au cours de ce qui sera la 47ème grève des contrôleurs aériens français depuis 2009, et la 6ème en deux mois.

Les syndicats des contrôleurs aériens français ont d’ores et déjà annoncé de nouveaux mouvements de grève les 3, 4 et 5 juin, qui toucheront des milliers de vols en Europe, perturbant le voyage de millions de passagers.

Cette action de grève injustifiée montre comment un petit syndicat français peut une fois de plus prendre en otage le ciel européen en causant la perturbation et l’annulation des milliers de vols provenant du Royaume-Uni, d’Irlande, d’Espagne et d’Italie – alors qu’aucun de ces vols ne décolle ou atterrit en France – et en perturbant le voyage de centaines de milliers de passagers en Europe.

Ryanair et d’autres compagnies aériennes européennes en ont appelé à plusieurs reprises à la Commission européenne pour qu’elle introduise deux mesures simples qui atténueraient l’impact de ces grèves des aiguilleurs du ciel sur les consommateurs:

a) Exiger des syndicats des contrôleurs aériens français qu’ils aient recours à un arbitrage exécutoire au lieu de passer par des grèves afin de faire entendre leurs revendications, ou ;

b) Permettre à d’autres contrôleurs aériens européens de prendre en charge les opérations de survol dans le ciel français pendant que les syndicats de contrôleurs aériens français sont en grève.

Ryanair a recommandé à ses clients voyageant jeudi de vérifier l’état de leur vol sur le site de Ryanair.com avant de se rendre à l’aéroport et a exhorté tous les acteurs concernés à signer la pétition Keep Europe’s Skies Open (KESO), qu’elle présentera à la Commission européenne une fois qu’elle comptabilisera un million de signatures.

Kenny Jacobs de Ryanair a déclaré :

« Il est incroyable qu’une fois de plus, les consommateurs européens sont pris en otage par des petits syndicats de contrôleurs aériens français, qui viennent d’annoncer quatre jours de grève sur les 15 prochains jours, causant l’annulation ou le retard de centaines de milliers de vols, alors que la Commission européenne et le gouvernement français restent les bras croisés.

Alors que nous approchons la saison des vacances estivales et ses pics de trafic passagers, les voyageurs européens doivent se préparer à un été de la discorde car il n’y a absolument rien qui empêche ces syndicats égoïstes d’organiser encore plus les grèves dans les semaines et les mois à venir. De même, les fans et supporters qui s’apprêtent à voyager pour l’Euro de Football 2016 doivent se aussi préparer à de potentielles perturbations.

Nous exhortons chaque client perturbé par ces grèves à répétition à signer la pétition de Ryanair, www.KeepEuropesSkiesOpen.com. Lorsque nous nous réunirons un million de signatures, nous présenterons cette pétition à la Commission européenne afin de la forcer à enfin agir. Maintenant, ça suffit. »

Pour toutes informations sur nos vols :

https://www.ryanair.com/fr/fr/informations-utiles/centre-daide/info-voyage/greve-des-controleurs-aeriens-en-france

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.